xPachyveria

Glossoides Gossot

Echeveria in the shape of a tongue

Obtained at Corbeil 1934. Parents unknown.

Description :

 

Plant robust but decumbent, rosette only at upper part of the stem, stem continuously elongating and getting very long.

 

Leaves: 1 – 6 cm long, numerous, glabrous, very thick, fleshy, oblong, lingulate, elongated, convex below, flat or slightly concave above, not keeled, bluish green, glaucous, strongly pruinose, stem leafy for the whole length.

 

 

Inflorescences not numerous or single, first erect, later apical part pendent , about 20 cm tall, reddish, with bracts 12 – 15 mm long and 5 mm wide, not spurred, same colour as flower stem, also one bract at the base of each pedicel.

 

Flowers about 15, scorpion-shaped spike, gradually elongating, pedicel 8 – 14 mm long. Calyx with 5 sepals, often very unequal, 7 – 10 mm long, green or reddish, appressed. Corolla with 5 or 6 petals, 13 – 14 mm long, thick, opened, somewhat spreading, recurved at apex, not really keeled, not imbricate, yellowish or reddish outside, more yellow inside, stamen yellow, carpel yellowish. Fertile ? (unreadable)

 

Flowering time: May – June

This hybrid resembles xPachyveria ‘Glauca’, ‘Clavifolia’ etc, but it has its own characteristic features. There is no doubt that a Pachyphytum has been either the male parent or the female parent or even both. Its fortuitous appearance has been a fine surprise. All in all it is a nice plant and the flowers are quite interesting though they do not make it more decorative as it grows always trailing and looks rather heavy.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Echeveria en forme de langue. Obtention Corbeil 1934. Parents inconnus.

Description :

 

Plante robuste mais couchée ne formant rosette que dans la partie supérieure de la tige, laquelle s’allonge dès le jeune âge et peut atteindre une grande dimension.

Feuilles de 1 à 6 cm de long, nombreuses, réparties sur toute la longueur de la tige, glabres, très épaisses, charnues, oblongues, linguiformes, allongées, convexes en dessous, planes puis un peu concaves au dessus, non carénées de couleur vert bleutée, très pruinées, glauques.

 

Hampes florales peu nombreuses ou uniques, dressées puis recourbées au sommet, d’une vingtaine de centimètres de longueur, rougeâtres, munies de feuilles de 12 à 15 mm de longueur, de 5 mm de large sans dents marquées à leur base, de même couleur que la tige et accompagnant également les fleurs, chacune se trouvant à la base des pédoncules floraux.

 

Fleurs en épi scorpioide s’allongeant au fur et à mesure de la floraison au nombre d’une quinzaine sur des pédoncules de 8 à 14 mm. Calice à 5 sépales, souvent très irréguliers, de 7 à 10 mm de longueur, vert ou rougeâtre, appliqués. Corolle à 5 ou 6 pétales, de 13 à 14 mm de longueur, épais, écartés, non entièrement étalés, se recourbant au sommet, non sensiblement carénés, non imbriqués, jaunâtres ou rougeâtres à l’extérieur, plus jaunes à l’intérieur, étamines jaunes, carpelles jaunâtres. Fertilité pouvant être (illisible).

Floraison : mai-juin.

Cet hybride naturel présente le faciès des Pachyveria glauca, clavifolia, etc. mais son allure est très personnelle. Il n’est pas douteux qu’un Pachyphytum ait servi à sa formation soit comme parent mâle soit comme parent femelle soit même tous les deux. Sa réalisation, toute fortuite, m’a beaucoup amusé. Au demeurant, c’est une jolie plante, dont la floraison mérite d’être observée, bien que ne donnant aucun mérite décoratif à la plante qui est un peu lourde et se tient couchée.

(Notre Vallée No. 24-25, July-Dec. 1938)




< back