Perrierosedum

MADAGASCARIENSE

Perrierosedum madagascariense (Perrier) H. Ohba (1978)

= Sedum madagascariense Perrier (1923)
Type : Perrier 13613 (holo-, P ; iso-, P). Madagascar, massif de 1'Andringitra.

 

  • Petit arbuste, très rameux, de 50 à 80 cm de hauteur, entièrement glabre. Tiges ramifiées, quadrangulaires, de 3-6 mm de section, à entre-nœuds courts, de 1-3 cm de long ; sur le sec, épiderme lisse et brillant à reflets rougeâtres ; feuilles rassemblées en bouquets au sommet des rameaux.
  • Feuilles opposées décussées, sessiles, charnues, simples, ovales à oblongues spatulées, de 3-6 cm de long, de 1,5-2,5 cm de large vers la mi-longueur, arrondies au sommet, longuement atténuées à la base jusqu'à 4-6 mm de largeur, les bases engainantes des 2 feuilles opposées se rejoignant sur la tige, à marge finement et régulièrement crénelée sauf dans la partie inférieure rétrécie, à nervation peu visible, nervure principale faiblement saillante à la face inférieure, réseau de nervures secondaires divergentes partant de la base ; sur le sec, de couleur noire à la face supérieure et d'un brun chaud à la face inférieure.
  • Inflorescence terminale, en cyme corymbiforme pauciflore (3 à 10 fleurs), 2-3 cm de long ; pédoncule de 2-5 cm de long, cylindrique, de l-2 mm de diamètre ; bractées étroitement deltoïdes, aiguës au sommet, semi-embrassantes à la base, de 3-3,5 mm de long, rougeâtres.
  • Fleurs 6-mères (parfois 5-), de ± 10 mm de long, à corolle blanche lavée de rougeâtre à orangée fortement veinée de pourpre ; pédicelle à section carrée, de 0,8-1 mm de côté, nettement épaissi sous la fleur, de 8-15 mm de long. Sépales soudés à la base sur ± 1,5 mn de haut, ovales deltoïdes, obtus subaigus au sommet, de 4-6 mm de long, de 3-3,5 mm de large à la base, épais, carénés à la face externe, à 3-5 nervures visibles. Pétales libres, obovales à largement spatulés, arrondis au sommet, de 8-10 mm de long, de 4-7 mm de large, à 5 nervures visibles. Étamines un peu plus courtes que les sépales ; filets régulièrement épaissis du sommet vers la base, de 1-1,2 mm de diamètre, fortement atténués au sommet, insérés à peu prés au même niveau, ceux du rang externe de ± 8 mm de long, ceux du rang interne un peu plus courts ; anthères ovoïdes arrondies, de 1.3-1,5 mm de long, de ± 1 mm de large, à connectif très épaissi surtout à l'arrière. Écailles bien écartées des carpelles, hyalines, trapéziformes, de 3-4 mm de haut, de 1-1,5- (2) mm de large à la base, de ± 2 mm de large au sommet, profondément découpées au sommet en plusieurs (4-10) dents irrégulières, simples ou bifides, ayant jusqu'à l mm de hauteur. Carpelles libres ou presque, peu divergents ; ovaires oblongs, de 6-8-(10) mm de long, de ± 2 mm de large vers le milieu de la hauteur; atténués en styles courts ; styles de ± 2 mm de long ; 24-30 ovules par loge. Graines ellipsoïdes, de ± 1,5 mm de long, de 0,5-0,6 mm de large, arrondies à une extrémité, apiculées à l'autre, à test brun, entièrement strié dans le sens de la largeur.

Typification

  • La description de Perrier a été faite sur sa récolte numérotée 13613, qui comporte deux parts d'herbier. Les deux parts sont fleuries et à peu près équivalentes. Chacune porte, sur son étiquette et de la main de Perrier, l'indication « type de l'espèce ». L'une des deux parts comprend une pochette en papier renfermant des morceaux de la plante et une étiquette supplémentaire sur laquelle sont inscrites différentes indications morphologiques de la main de Perrier. Cette part est retenue comme l'holotype, l'autre part constituant le seul isotype.
  • Curieusement, dans l'ouvrage récent Illustrated Handbook of Succulents Plants (Ohba, 2003), le type est signalé comme étant "(Perrier s.n°. [P])", ce qui est incomplet, car les échantillons de Perrier sont deux et bien numérotés (n° 13613).

 

Matériel étudié

 

- Perrier 13613 (2 parts) - Sedum madagascariense n. sp. Rocailles humides de 1 600 m à la cime (I 700 m). Massif d'Andringitra. 03.1921. (fl.). [Type].

  • Sur l'holotype, la note descriptive adjointe comporte le texte suivant : « 3 bractées rougeâtres ?, glabres, semi-embrassantes atténues de la base au sommet en pointe obtuse au plus 3 mm - les internes plus petites - pédicelle 14-15 mm glabre - div. du calice 6 concrescentes seulement à la base 4 mm haut deltoïde obtuse - Pét. 6 obovales de 10 X 7 mm vert .... lavé de rouge, libres jusqu'à la base, filets atténués sous l'anthère - ét. = pétales - 12 - 6 écailles au disque épaissi et ... dans la partie inf., hyalin et denté en haut - 3,5 X 1,5 mm sur le frais ; 6 styles récurvés en dehors - glabres ainsi que les carpelles ».

- Humbert 3916 (2 parts) : massif de l'Andringitra (Iratsy), vallées de la Riambava et de l'Antsifotra et montagnes environnantes. Rochers siliceux. Altitude : 2 200-2 650 m. 27 novembre-8 décembre 1924. Corolle orangée fortement veinée de pourpre. Arbuscule 2-4 dcm. (fl.).


- Réserves naturelles et parcs naturels de Madagascar 11196 (Rabevaraha) : Nom Nlaroatody. F1. Canton Sendrisoa, district Ambalavao. 13.08.1960. (f7.).


- Cons Rés. nat 4031 (Rarivo) : 1211 V, Canton Sendrisoa, District Ambalavao. Herbacée. 16.05.1952.

  • Cette planche d'herbier comporte : un morceau de tige de Perrierosedum madagascariense attaché, plus, dans la pochette, des morceaux de Kalanchoe cf. beauverdii avec des feuilles d'un Kalanchoe non déterminable et des feuilles ne semblant pas appartenir pas à une Crassulacée.

Le genre Perrierosedum est endémique de Madagascar et la seule espèce connue, P. madagascariense, est strictement endémique de la partie supérieure du massif de l'Andringitra (Centre Sud), de 1 600 à 2 650 m. Les quatre seules récoltes proviennent de ce massif. Selon Perrier, la plante était commune sur le massif d'Andringitra et il précise ne l'avoir jamais observée ailleurs (Perrier, 1923). Elle y était, en tout cas, suffisamment répandue pour avoir un nom vernaculaire, Maroatody. Il s'agit ainsi d'une orophyte tropicale typique, saxicole et acidiphile, au port classique de petit buisson rabougri, visiblement d'une pousse très lente. Elle peut être classée parmi les plantes succulentes par ses feuilles charnues. Il ne semble pas qu'elle soit en culture, tout en méritant de l'être. Par ailleurs, Rauh (1998) signale qu'il n'existe ni dessin, ni illustration, ni photo de cette plante. De fait, l'article de Ohba (1978) comprend une représentation schématique du gynécée du Perrierosedum.
Curieusement, les récoltes de cette plante ne sont pas nombreuses et demeurent très échelonnées (1923 et 1924, 1952, 1960), malgré les nombreuses prospections du massif de l'Andringitra, d'autant que Perrier, en 1923, la signalait comme commune. Mais, il est bien possible qu'elle se soit fortement raréfiée sous l'action de divers facteurs.

BIBLIOGRAPHIE


Berger A.. 1930.- Crassulaceae, in: Die naturliche. Pflanzenfamilien. A. Engler & IS. Prantl. (eds), 18a, 446.
Jacobsen H., 1954.- Handbuch der sukkulenten Pílarsen. Jena. G. Fischer Verlag. 743
Ohba H., 1978.- Perrierosedurn madagascariense (Perrier) H. Ohba. J. Fac Sci. Univ. Tokyo, sect. 3, Bat,. 12 (4), 166
Ohba H., 2003.- Perrierosedum. in: Illustrated Handbook of Succulent Plants : Crassulaceae. U. Eggli (éd.), Springer, Berlin. 196.
Perrier de la Bäthīe H., 1923.- Crassulacées malgaches nouvelles. Bull. Mus. Hist. Nat. Paris, 6, 452.
Rauh W., 1998.- Succulent and xerophytic plants of Madagascar Strawberry Press. Mill Valley, Californie (USA), 2, 326 p



Fig. 1.- Perrierosedum madagascariense (Perrier) Ohba. 1, feuille x 1,5 ; 2, fleur entière x 3 ; 3, pétale x 4 ; 4, sépale x 7 ; 5, étamine x 6 ; 6, anthère vue dorsale x 10 ; 7, carpelle et écaille de profil x 4 ; 8, écaille x 6 ; 9, graine x 20. (d'après le type).
Fig. 1.- Perrierosedum madagascariense (Perrier) Ohba. 1, leaf x 1,5; 2, flower x 3; 3, petal x 4; 4, sepal x 7; 5, stamen x 6; 6, anther dorsal view x 10; 7, carpel and nectary scale lateral view x 4; 8, nectary scale x 6; 9, seed x 20. (from type). Bernard Descoings

Acta Bot. Gallica, 2005, 152 (3), 289-292



< back