Sedum
General Information   |   Species   |   Hybrids   |   Cultivars

Crassulaceae in the Cévennes mountains I / Crassulaceae dans les Cévennes I

A stay at Bassurels (Vallée Borgne-Lozère-France), 22. and 23. May 2010

Un séjour à Bassurels  (Vallée Borgne – Lozère – France), 22 et 23 mai 2010

Eric Barbier


During a short stay at the village of Bassurels in the Cévennes mountains, I was looking for local Crassulaceae. Though I did not have much time I have found more than ten species belonging to five different genera.

 

Lors d'un court séjour dans la commune de Bassurels, je suis allé à la recherche des Crassulaceae locales. Malgré le peu de temps que j'ai pu y consacrer, j'ai réussi à observer une dizaine d'espèces réparties en cinq genres.         



The Cevennes are the south-eastern part of the Massif Central, an upland area in the centre of France.The village of Bassurels (app. 700 m alt.) is situated almost at the end of the Vallée Borgne , near the source of the Gardon, 10 km south-west of Mont Aigoual (1567 m) and 2 km from Col Salides, the watershed between the Atlantic and the Mediterranean. The region I have been exploring is facing the Mediterranean.
 
The basement of the Cevennes mountains consist of mainly two rock types : Granites and schist; therefore the soil in this region  is acidic. The landscape is characterized by deep and narrow valleys with often steep slopes. In centuries long past terraces have been carved out of the steep wooded hillsides and dry stone walls have been built to accommodate sweet chestnut trees and also mulberry trees (to feed the silkworms !).
 
The climate is different from the Mediterranean in so far as irregular violent rains and thunderstorms occur in summer and frequent snowfall and cold temperatures in winter. The annual amount of precipitation is 2000 mm – one of the highest in France.
 
 
Les Cévennes constituent la partie sud-est du massif central. Le village de Bassurels se situe presque au bout de la Vallée Borgne, non loin des sources du Gardon, à environ 700 mètres d'altitude. Dix kilomètres au sud-ouest, le Mont Aigoual culmine à 1567 mètres.
Sur le territoire de la commune, à deux kilomètres, le col Salides marque la ligne de partage des eaux, la région que j'ai parcourue se situant sur le versant méditerranéen.
 
Le socle cristallin et métamorphisé (Granit et Schistes des Cévennes) donne des sols acides. Les reliefs sont accentués avec souvent de fortes pentes. Par le passé, le paysage a été modelé en terrasses soutenues par de nombreux murs de pierres sèches pour permettre notamment la culture du châtaignier, ou du murier servant à l'élevage des vers à soie.
Les pluies sont fortes et irrégulières avec un régime d'orages d'été (proximité de l'étage montagnard). La pluviométrie annuelle de l'ordre de 2000 mm est une des plus importantes en France. Les températures hivernales sont  froides et la neige fréquente.



Landscape of the Vallée Borgne : Steep slopes, abundant vegetation and almost no human activity.

Paysage de la Vallée Borgne : Reliefs accentués, végétation abondante et faible impact humain



Brushwood / Paysages de sous-bois

On the whole the vegetation is very rich – plants, herbs, bushes and trees growing in the Cevennes make up a third of the entire French flora. There are many places where Crassulaceae flourish, natural rocky outcrops, dry stone walls, grassland or brushwood.  

La végétation est abondante et la flore des Cévennes, très riche, représente près du tiers de la flore française. On est là en limite du climat méditerranéen ; l'eau abonde mais peut être très rapidement drainée, et à côté de zones boisées et humides (comme les anciennes châtaigneraies), existent des biotopes très favorables à de nombreuses Crassulaceae tels les murs de pierres sèches ou les affleurements rocheux.



Water is abundant - photo above : Gardon near the source.
L'eau abonde (en haut, le Gardon près de sa source)


Numerous dry stone walls canalise water.
De nombreux ouvrages en pierres sèches permettent de canaliser l'eau.


Specimens of local flora.
Aperçu de la flore.


Vertical outcrops are natural biotopes for Crassulaceae ...
Les affleurements rocheux sont des biotopes naturels pour les Crassulaceae...


... and dry stone walls are also colonised.
...et les murs de pierres sont également colonisés.


Caryophyllaceae and Crassulaceae growing together : This is Arenaria montana L.
Des Caryophyllaceae partagent l'habitat des Crassulaceae : Ici Arenaria montana
L.

I have been looking for Crassulaceae at three different sites : East and west of the village at 660 m alt., at Château de Poujol (alt. 700 m) and at Château de l'Hom (alt. 720 m). Some species are omnipresent and common at all sites and grow in brushwood as well as in full sun.

Au cours de mes déplacements, j'ai parcouru trois sites : L'entrée (à l'ouest) et la sortie (à l'est) du village proprement dit (alt. 660 m), le château de Poujol (alt. 700 m) et le château de l'Hom (alt. 720 m). Certains taxons sont omniprésents et communs à tous les sites et poussent aussi bien en sous-bois clairs qu'en plein soleil.



Bassurels - the village.
Le village de Bassurels.


Château de l'Hom

Sedum hirsutum ssp. hirsutum
This species is at home here, being present everywhere. The rosettes form more or less large groups on vertical outcrops and dry stones walls, growing in fissures or between stones.

Cette espèce est ici chez elle, elle est présente partout. Ses rosettes forment des groupes plus ou moins importants parsemant tous les affleurements de rochers verticaux et tous les murs de pierres sèches, profitant des fissures ou des espaces entre les pierres pour se développer.





Sedum hirsutum



Sedum hirsutum

Plant in bud growing in the shade of brushwood (Château de l'Hom) – inset : Flowers of a plant in cultivation.
Plante en boutons poussant à l'ombre d'un sous-bois (château de l'Hom) – vignette : fleurs d'une plante mise en culture.

Sedum dasyphyllum var. dasyphyllum  

Its habitat is almost the same as that of S. hirsutum and it is equally variable in habit, size and colour.

Il occupe sensiblement les mêmes biotopes que S. hirsutum et comme ce dernier, S. dasyphyllum présente une variabilité importante de ports, de tailles et de teintes.




Sedum dasyphyllum


Sedum dasyphyllum starting to flower / en début de floraison. Sedum album Linné (1753)

This stonecrop commonly colonizes rather less vertical outcrops than S. hirsutum and S. dasyphyllum and it seems to be less invasive than usually. 

On le trouve sur des supports généralement moins verticaux que les précédents (haut de mur) et il a moins le caractère invasif qu'on lui connaît d'ordinaire.



Sedum album

Petrosedum rupestre
Almost as common as S.hirsutum, this plant is definitely less selective concerning its habitat : it thrives on dry stone walls as well as in grassland. 

Pratiquement aussi courante que S. hirsutum, cette plante est nettement moins sélective pour ses biotopes : on la trouve aussi bien dans les murs de pierres sèches qu'au milieu des pelouses naturelles.




 



Petrosedum rupestre  
Inflorescence reflexed in bud, characteristic of the subspecies. 
Inflorescence en bouton réfléchie, caractéristique de la sous-espèce.

Umbilicus rupestris
The “Navelwort” is not only growing together with S.hirsutum on vertical cliffs, rocks or walls, but in fact all over the place. 

Il accompagne S. hirsutum sur tous les supports verticaux, rochers ou murs mais on peut également le trouver poussant au milieu du reste de la végétation.



Umbilicus rupestris


Umbilicus rupestris and / et Ornithogalum sp (Château de Poujol)]

Sempervivum tectorum var. arvernense

Sempervivum tectorum var. tectorum 

S. tectorum var. arvernense is characteristic of the Massif Central. I have spotted it in rocky sites as well as on dry stone walls and also not distant from settlements; the colour of the rosettes is quite variable. (The status of this taxon is somewhat doubtful : some authors consider it as a subspecies of S. tectorum, others as a variety or even as a synonym.) At Château de l’Hom, in the vicinity of old dwellings, I have seen S. tectorum var. arvernense with bigger rosettes – possibly a hybrid with S. tectorum var. tectorum which used to be planted on roofs as a protection against lightening strikes ?

La variété arvernense est un taxon de statut incertain caractéristique du Massif Central classé selon les auteurs en espèce, sous-espèce, variéte ou purement et simplement mis en synonymie de S. tectorum. Ces plantes se développent en situation naturelle ou dans les murets de pierre, avec une variabilité de couleurs assez importante. J'ai observé un groupe de ces plantes au Château de l'Hom à proximité d'anciennes habitations ; leur plus grande taille pourrait laisser supposer une hybridation avec des plantes de la variété type fréquemment plantée aux abords des lieux de vie (protection contre la foudre).




Sempervivum tectorum var. arvernense (Château de Poujol)




Sempervivum tectorum var. arvernense near the village / près du village



Sempervivum tectorum var. arvernense x S. tectorum var. tectorum ? (Château de l'Hom)

Hylotelephium telephium ssp. maximum 

Like Petrosedum rupestre, this plant grows almost anywhere, often at the top of walls or rocks but also in open soil where its tuberous roots are well developped. At the exit of the village, I have found it as a pioneer plant having survived a major bush fire thanks to its rootstock.

Comme Petrosedum rupestre, cette plante est assez éclectique pour ses biotopes ; souvent en haut des murs ou des rochers, on la trouve aussi en pleine terre où ses racines tubéreuses peuvent se développer. A la sortie du village, je l'ai trouvé comme plante pionnière repoussant après un important feu de broussaille, ses racines semblant avoir joué le rôle d'organe de sauvegarde.






Hylotelephium telephium ssp. maximum

The following species are more localized and I could observe them only once.
Les espèces suivantes sont beaucoup plus localisées et je n'ai pu les observer qu'une seule fois.

Sedum rubens
At the entrance of the village, I spotted a few heads of this annual stonecrop amidst rural vegetation. The plant looked rather atypical - the leaves were uniformly bluish green without any trace of red suggested by its name.

A l'entrée du village, j'ai pu voir quelques pieds de cet orpin annuel, au milieu de la végétation. La plante est plutôt atypique par la couleur de ses feuilles uniformément vert glauque, sans trace de la teinte rouge qui lui a donné son nom spécifique.



in bud - inset : young seedling.
en boutons - vignette : jeune semis.



Inflorescence of a plant in cultivation. 
Inflorescence d'une plante mise en culture.

Sedum cepaea

At the same place, in a rather exceptional position, I came across S. cepaea, an annual or biennial plant, growing in a vertical crevice in permanently soaked soil, alongside with ferns and mosses. There were young seedlings of this year with 3 or 4 whorls of 4 leaves, together with adult branched plants from last year.  


Observé à l'entrée du village également, dans une zone plutôt inhabituelle pour un Sedum : une fissure verticale de rocher, remplie de terre et arrosée par un important suintement d'eau. Il était accompagné de fougères et autres mousses. De nombreux jeunes semis de l'année avec 3 ou 4 verticilles de 4 feuilles côtoyaient des plantes plus âgées et ramifiées, sans doute de l'année précédente (bisannuelle).



Wet habitat of Sedum cepaea near the village.
Biotope humide de Sedum cepaea près du village.



Young seedlings / Jeunes semis




Branching plant / Plante ramifiée.

Sedum brevifolium 
At château de Poujol I have found S. brevifolium growing in a vertical schist fissure in rather harsh conditions – using moss and lichen as support. 

Observé au château de Poujol, cet orpin se développe dans un milieu très austère : une paroi verticale de schiste brut. Pour s'accrocher et pousser, chaque groupe de plantes utilise comme support une plaque de mousse ou de lichen.



Barren habitat of Sedum brevifolium (Château de Poujol).
Biotope aride de Sedum brevifolium (Château de Poujol).


Using moss and lichen as support. / Associé à des mousses et des lichens.



Sedum brevifolium in bud / en boutons.

At the village and at Château de l’Hom I also spotted a non native plant, Phedimus spurius  which easily escapes from gardens and colonizes stone walls.

J'ai également noté la présence d'une plante non indigène, Phedimus spurius qui s'échappe facilement des jardins pour coloniser les murs de pierres (Village, château de l'Hom).




Phedimus spurius

Some remarks on cultivation
Average summer temperatures at Bassurels are definitely lower than at Marseille where I live and there is much more rain. In Marseille, S. brevifolium and S. hirsutum can only be cultivated successfully when watered regularly and not grown in full sun; they need a well draining soil and must be protected from excessive heat in summer. At Bassurels however (700 m higher !) they grow without problems in sunny expositions and even periods of drought seem to be no problem. It is easy for me to grow S. cepaea when watering it almost daily and keeping it in a shady place. For S. rubens and H. telephium no particular precautions are necessary.

Finding more than ten different species of stonecrops in the region of Bassurels – several of them new to me – has been like a botanical excursion ! I only regret that I have not seen plants in flower ….


Notes sur la culture de quelques plantes
Deux espèces, Sedum brevifolium et surtout S. hirsutum mises en culture chez moi, dans la région de Marseille, ont du mal à pousser si elles ne sont pas protégées du plein soleil et arrosées régulièrement, alors qu'à Bassurels, elles poussent sans problème quelque soit l'ensoleillement, et dans des conditions de sécheresse apparemment importantes ; en fait la température moyenne d'été sur place est sensiblement inférieure à celle de Marseille et la pluviométrie beaucoup plus forte. Pour bien pousser, ces plantes ont besoin d'une situation très drainante mais d'arrosages assez abondants, et d'être protégées des excès de chaleur en été. Quant à S. cepaea, sa culture ne m'a pas posé de problème en l'arrosant presque quotidiennement pour empêcher le substrat de sécher, et en la maintenant à l'ombre. La culture de S. rubens et Hylotelephiun telephium s'est faite sans précaution particulière et les plantes sont bien arrivées à la floraison.

Au final, ce séjour à Bassurels m'a permis de faire la connaissance de plusieurs plantes nouvelles pour moi et il a eu la valeur d'une véritable expédition botanique : Je n'avais jamais autant vu de succulentes réunies naturellement au même endroit ! Un seul regret, je suis arrivé un peu trop tôt pour voir la floraison des Sedum et Petrosedum qui étaient seulement en boutons.



Sedum album & S. dasyphyllum


Petrosedum rupestre & Sedum hirsutum

Documents and websites :
- Illustrated Handbook of Succulent Plants : Crassulaceae
- R. Stephenson : Sedum, cultivated stonecrops
- International Crassulaceae Network http://crassulaceae.ch/
- G. Dumont, Sempervivophilia http://sempervivophilia.stalikez.info/
- O. Legros, Les Sempervivum et leurs biotopes http://sempervivum.legtux.org/
- Atlas du parc national des Cévennes http://atlas.parcsnationaux.org/cevennes/
- La garance voyageuse (Flore des Cévennes) http://garance.voyageuse.free.fr/botanique/flore.htm#rochersecs




< back