Sedum
General Information   |   Species   |   Hybrids   |   Cultivars

MEXICANUM  Britton, 1899  (engl./ fr.)

Distribution [*] : USA (Florida), Mexico, central America, Colombia; naturalized in Taiwan, Japan and probably also in Europe (France, Spain).

 

 

Description (according to 't Hart & Bleij in IHSP, 2003) :

 

Perennial herbs with decumbent stems.

 

Leaves in whorls of 4, linear or linear-lanceolate, spurred, subterete, 9 - 17 x 1,9 - 3 mm.

 

Inflorescences : Flowering branches 8,5 - 30 cm, inflorescences cymes with ± 3 branches.

 

FIowers 5-merous, sessile, sepals basally free, shortly spurred, unequal, lanceolate, acute, 3,3 - 4,7 x 0,9 - 1,6 mm, petals elliptic, acute, golden-yellow, 3,3 - 4,8 x 1,3 - 1,8 mm, anthers yellow.

 

Cytology : 2n = 36

 

[*] The natural range of this taxon is still unknown and it has been suggested that it might be a cultivar of probably Asian origin. The range given above is based on cultivated and naturalized material. Tang & Huang (1989: 168) treat S. obtuso-lineare Hayata (here included in the synonymy of S. lineare) as a synonym of S. mexicanum.

 

Ray Stephenson (Sedum, Cultivated Stonecrops, 1994, p 255) :

It is possible that Sedum mexicanum originated from the Far East for it has no close relatives in Mexico and it has more affinity with Chinese species than anything indigenous to Central America. Historians are beginning to realize that ancient trade links between the Far East and Central and South America help explain anomalies, such as jade of Chinese origin being found in Ecuadorian burial chambers. Ancient charts show that the Chinese knew of the string of volcanic isles from the Kuriles, along the Aleutians to North America, and that ancient craft could travel to the Americas for long periods without losing sight of land. Perhaps S. mexicanum was brought to Mexico from the Orient in this way, but I think not.

The precise habitat of Sedum mexicanum is unknown though it is commonly grown and has escaped in several Central American countries. It has also, more recently, escaped in Florida. Praeger (1921) encountered it as a cottage window-sill plant in the heart of Ireland. In Berlin, it was labeled as a European species even before the initial collection of the type species. At Kew, years before it was first named, specimens bore the label of a different Oriental species. Whether this is an Oriential species is highly debatable, and whether it was introduced to Mexico directly from the Far East or via Europe is also open to speculation. Clausen's suggestion (1959, 308) of El Salvador possibly being the origin of the species cannot be dismissed. A Madeiran Botanic Garden erroneously labels it as being indigenous.

Sedum mexicanum is a very bright green plant with shiny, linear, sessile, nearly terete leaves in whorls of 3, 4 or 5, particularly below. Bright yellow kyphocarpic flowers are produced on a huge flat cyme of 4 very long scorpioid branches in early summer. Morphologically it is very similar to two Oriental species, S. sarmentosum and S. lineare, both less upright and with flatter leaves, but similarly whorled. It is interesting to note that these Oriental stonecrops have also escaped in Central America and elsewhere. Plants distributed in California in recent years purporting to be S. mexicanum have white flowers and are probably 'Spiral Staircase'.

 

Habitat : The origin of this species is unknown, but possibly it is not Central America.

In Sedum Society Newsletter 123, Oct 2017, Ray wrote that DNA studies seem to show that S. mexicanum is more closely related to Far-Eastern sedums than to Central American stonecrops and that it is not impossible that it has been introduced from Asia hundreds of years ago, as there was a well developed trade between Asia and Central America in days before Columbus. This species is also widespred across Mediterranean and Black Sea coasts where it is grown as border and potplant and also in Central Morocco.

 

Main points of distinction : The very bright green upright nature of the plant and the subterete leaves, mostly in whorls of 4, make positive identification easy. Peduncles gain girth upwards. Free, unequal sepals are spurred, and the longest is almost as long as the petals. Epipetalous stamens are inserted noticeably above the base of golden-yellow petals. Anthers are orange-red and yellow nectaries are visible, n = 18.

 

Variation : None.

 

Horticulture : Half hardy, Sedum mexicanum survives mild winters in Northumberland. It is certainly hardy 485 km (300 miles) south in Cornwall, England. It is such a bright species, it is worthwhile to bed it out in spring in more extreme areas. It will survive on a dry greenhouse floor for longer frosty periods. This stonecrop is a good subject for window boxes and containers. In areas of mild winter it is a good ground cover but may need to be contained. It likes damp, shady spots and dislikes dry, hot, stony areas.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Distribution [*] : Etats-Unis (Floride), Mexique, Amérique centrale, Colombie ; naturalisé à Taïwan, au Japon et probablement aussi en Europe (France, Espagne).

 

 

Description (selon 't Hart & Bleij dans IHSP, 2003) :

 

Plante vivace avec branches décombantes.

 

Feuilles verticillées par 4, linéaires ou linéaires-lancéolées, avec éperon, de section presque rondes, 9 - 17 x 1,9 - 3 mm.

 

Inflorescences : Branches florifères mesurant 8,5 - 30 cm, inflorescences en cymes composées de ± 3 branches.

 

Fleurs pentamères, sessiles, sépales libres à la base, avec court éperon, inégaux, lancéolés, aigus, 3,3 - 4,7 x 0,9 - 1,6 mm, pétales elliptiques, aigus, jaune d'or, 3,3 - 4,8 x 1,3 - 1,8 mm, anthères jaunes.

 

Cytologie : 2n = 36

 

[*] L'habitat d'origine de ce taxon reste inconnu, il a même été suggéré qu'il pourrait s'agir d'un cultivar probablement asiatique. L'aire de répartition donnée ci-dessus est basée sur du matériel cultivé et naturalisé. Tang & Huang (1989 : 168) traitent S. obtuso-lineare Hayata (ici inclus dans la synonymie de S. lineare) comme un synonyme de S. mexicanum.

 

Ray Stephenson (Sedum, Cultivated Stonecrops, 1994, p 255) :

Il est possible que Sedum mexicanum soit originaire d'Extrême-Orient, sans lien avec le Mexique, et qu'il ait plus d'affinités avec une espèce chinoise que n'importe quelle plante indigène d'Amérique centrale. Les historiens commencent à réaliser que les anciens entretenaient des liens entre l'Extrême-Orient et l'Amérique centrale et australe, ce qui expliquerait certaines anomalies, comme le jade d'origine chinoise découvert dans des chambres funéraires d'Equateur. D'anciennes cartes démontrent que les Chinois connaissaient la chaîne volcanique des îles Kouriles, les Aléoutiennes, jusqu'à l'Amérique du Nord, et que les anciens navires pouvaient voyager vers les Amériques pour de longues périodes sans perdre de vue les côtes. S. mexicanum fut peut-être apporté d'orient vers le Mexique par ce chemin, mais je ne pense pas.

L'habitat précis de Sedum mexicanum reste inconnu bien qu'il soit couramment cultivé et qu'il se soit naturalisé dans diverses contrées d'Amérique centrale. Plus récemment, il s'est aussi naturalisé en Floride. Praeger (1921) le vit sur le rebord de fenêtre d'un cottage irlandais. A Berlin, il était considéré comme une espèce européenne avant même qu'il n'ait été collecté dans le but de la typification. A Kew, des années avant qu'il ne soit nommé, les plantes portaient le nom d'une autre espèce orientale. Que cette plante soit originaire d'orient est chose contestable, et qu'elle ait été introduite au Mexique depuis l'Extrême-Orient ou en passant par l'Europe est sujet à discussion. La suggestion de Clausen (1959, p. 308), comme quoi le Salvador pourrait être la terre d'origine de cette espèce, n'est pas à écarter. Un Jardin botanique de Madère l'étiquette erronément comme étant indigène.

Sedum mexicanum est une plante aux feuilles linéaires, sessiles, de section presque ronde, d'un vert très vif, arrangées en verticilles par 3, 4 ou 5, surtout dans la partie inférieure. Les fleurs d'un jaune vif, à carpelles écartés, sont portées par une large cyme plate composée de 4 branches scorpioïdes très longues, en début d'été. Il est morphologiquement très proche de deux espèces orientales, S. sarmentosum et S. lineare, toutes deux moins dressées et ayant des feuilles plus plates, mais arrangées de la même façon. Il est intéressant de noter que ces orpins orientaux se sont aussi échappés des jardins d'Amérique centrale et d'ailleurs. Des plantes récemment distribuées en Californie, et supposées être S. mexicanum bien que produisant des fleurs blanches, sont probablement 'Spiral Staircase'.

 

Habitat : L'origine de l'espèce est inconnue, mais il est possible qu'elle vienne d'Amérique centrale.

 

Principaux critères de différenciation : Les tiges droites, vert brillant, et ses feuilles de section presque ronde, généralement verticillées par 4, la rendent facile à identifier. Les pédoncules gagnent en circonférence en haut ; les sépales inégaux et libres ont un éperon, et les plus longs sont presque aussi longs que les pétales. Les étamines épipétales sont insérées bien au-dessus de la base des pétales jaune d'or. Les anthères sont orange-rouge, et les nectaires jaunes sont visibles, n = 18.

 

Variation : aucune.

Horticulture : Semi-rustique, Sedum mexicanum survit aux hivers doux du Northumberland. Il est certainement résistant 485 km plus au sud de l'Angleterre, en Cornouailles. C'est une espèce si éclatante qu'il est intéressant de la transplanter à l'extérieur, au printemps, dans les régions aux hivers rudes. Elle survivra sur le sol sec d'une serre durant les longues périodes de gel. Cet orpin est un bon sujet pour les balconnières et autres pots. Dans les régions à hiver doux c'est un bon couvre-sol, mais il a besoin d'être contenu. Il n'apprécie pas les lieux pierreux, chauds et secs, préférant les endroits humides et ombragés.




Photos Noelene Tomlinson

Plant in cultivation (May 2012) :







Photos Eric Barbier



< back